La chasse au tré­sor n’est pas morte ! Mais désor­mais, au lieu de par­tir en galion à la recher­che d’une île incon­nue armé de son seul sex­tant et d’une carte par­che­mi­née, c’est en tenue de ran­don­neur et GPS à la main que le chas­seur part à l’aven­ture.

C’est au coin de la machine à café qu’un col­lè­gue m’a récem­ment parlé de cette chasse d’un nou­veau genre, le “Géo­ca­ching”, exploi­tant les nou­vel­les tech­no­lo­gies que sont Inter­net et le posi­tion­ne­ment par satel­lite. Le prin­cipe en est des plus sim­ples : un “géo­ca­cheur” place dans un endroit pré­sen­tant un inté­rêt évi­dent (parc, châ­teau, côte sau­vage…) une petite boîte her­mé­ti­que con­te­nant quel­ques menus “tré­sors” (figu­ri­nes, jouets Kin­der, por­tes-clef…) en plus d’un petit car­net et d’un crayon. Il retourne ensuite vite chez lui se con­nec­ter sur le site offi­ciel du Géo­ca­ching pour publier les coor­don­nées GPS de la “géo­ca­che” qu’il vient de créer. Les “géo­chas­seurs” par­tent ensuite à la recher­che de la géo­ca­che à l’aide de ces coor­don­nées. Lorsqu’ils attei­gnent le tré­sor tant con­voité, ils lais­sent trace de leur pas­sage par un bref mot de remer­cie­ment dans le car­net ainsi qu’en échan­geant un bibe­lot de la cagnotte par un autre qu’ils n’auront pas man­qué d’appor­ter avec eux. Il ne leur reste plus ensuite qu’à ren­trer chez eux signa­ler sur le site offi­ciel leur décou­verte et piquer une nou­velle punaise sur la carte de France (ou du monde) trans­for­mée pour l’occa­sion en tableau de chasse.

Pour autant que je m’en sou­vienne, en tant que digne repré­sen­tant de la géné­ra­tion des Goo­nies ;-) j’ai tou­jours été attiré par le prin­cipe des chas­ses au tré­sor à énig­mes, par­ti­cu­liè­re­ment en tant qu’orga­ni­sa­teur. La der­nière en date étant un ral­lye vélo orga­nisé à l’occa­sion de la cré­maillère de Liben­ter. C’est donc tout natu­rel­le­ment que je me suis trouvé dans l’ins­tant emballé par ce con­cept qui n’est pas nou­veau ; il y a d’ailleurs peut-être à parier que vous le con­nais­sez déjà.

Mais qu’importe, voici un tour d’hori­zon de cette pas­sion­nante acti­vité…