acteÀ la mi-novembre, la Loire-Atlantique a rejoint le club des départements ayant mis en libre accès sur Internet le contenu de leurs archives numérisées. Une aubaine pour les généalogistes, qu'ils soient simples amateurs ou professionnels : plus besoin de prendre rendez-vous avec les Archives, l'État-civil et les registres paroissiaux — dont certains datent du début du XVIéme — sont disponibles chez soi, à toute heure du jour et de la nuit.

L'interface proposée par le site est relativement agréable à l'usage et les fonctionnalités proposées (zoom, contraste...) quoique loin d'être exhaustives, offrent de quoi déchiffrer les actes, même si la qualité de numérisation diffère beaucoup d'un document à l'autre (notamment au niveau de la luminosité). Je regrette toutefois que l'outil n'intègre pas une fonction qui permettrait d'enregistrer sous forme d'un fichier image la sélection d'une zone de l'acte ; mais j'imagine qu'il ne s'agit pas là d'un problème technique, mais plutôt d'une histoire de droits.

Avec un tel outil à disposition, j'ai pu en l'espace de trois semaines, remonter très facilement de neuf à dix générations sur mon ascendance paydrète, c'est-à-dire, jusqu'à des personnes nées vers le milieu du XVIIIème. Pour l'heure, je me cantonne à l'État-civil introduit après la Révolution et dont les actes présentent la particularité d'être fortement formatés : le déchiffrage en est facilité et les informations à dispositions souvent plus riches que dans les actes des registres paroissiaux.

Remonter de génération en génération apporte à chaque fois son lot de nouvelles découvertes ; mais très vite, la liste d'ancêtres, arrière-arrière-cousins, témoins, etc. devient vite énorme et totalement ingérable. Il est alors nécessaire de confier l'organisation de tout cela à des logiciels spécialisés. Pour ma part, j'utilise depuis deux ans Heredis, en version 8[1]. Il dispose d'une paramétrisation intéressante et gère de façon simple l'information récoltée, effectue quelques contrôles de cohérence — en s'assurant par exemple que votre arrière-grand-tante n'a pas eu un enfant à 116 ans ! :-) — et offre la possibilité de créer tout un éventail d'arbres généalogiques : ascendants, descendants, en roue, en 3D... La version dont je dispose permet même de créer automatiquement l'ensemble des fichiers pour publier un site internet sur sa généalogie !

Sans remonter jusqu'à Charlemagne, je publierai probablement un tel site dès que j'aurais suffisamment avancé dans ma quatrième branche. Pour l'heure, le seul document qui, je pense, n'évoluera plus, est le diagramme de répartition géographique.

Notes

[1] Une version 9 est actuellement disponible et propose de nouvelles fonctionnalités très intéressantes.