utopiales_2006Aller au salon des Utopiales un dimanche n'est pas franchement une très bonne idée, je retiendrais la leçon. En effet, l'on pourrait croire que la dernière journée pourrait être une apothéose, mais c'est en fait le contraire : c'est la baisse de tension. Bon, la journée se clôt par la remise des prix certes, mais cela signifie également que la compétition finie, les projections sont terminées. De même, la librairie de la mezzanine commence à souffrir des ruptures de stock et les séances de dédicaces sont plus rares.

Mais je ne vais quand même pas noircir totalement le tableau, il y a un point positif tout de même : le public étant moins nombreux, il est bien plus facile d'essayer les jeux proposés dans les deux salles prévues à cet effet.

Ainsi donc, vous le comprendrez, je n'ai pas pu assister à une projection, je n'ai pas trouvé les ouvrages que je comptais rapporter et faire dédicacer, et comble, j'ai même loupé Stéphane BEAUVERGER de peu, qui semblait occuper la salle dédiée aux éditions La Volte du rez-de-chaussée. Donc, au final, je ne retiendrais pas un très bon souvenir de ces Utopiales, en grande partie par ma faute : je n'avais qu'à mieux choisir mon jour ! L'an prochain, je tâcherais de mieux m'organiser ! Hum, nostalgie de l'an passé...