Ainsi donc, le rêve d’Olive, 7 ans, est sur le point de se réa­li­ser : par­ti­ci­per au con­cours de beauté lit­tle Miss Sun­shine, à Redondo Beach. Pour l’occa­sion, toute la famille Hoo­ver se mobi­lise, de gré… ou de force et embar­que dans le combi volks­wa­gen fami­lial tout décrépi, direc­tion : la Cali­for­nie. L’équi­page est com­posé du père, un loo­ser qui s’archarne pour­tant à ensei­gner sa méthode qui per­met de deve­nir un gagnant, du grand-père, un héroï­no­mane lubri­que qui joue les coach auprès d’Olive, du frère, un ado aussi éner­gi­que qu’une gui­mauve qui a fait vœu de silence jusqu’à son admis­sion à l‘Air Force Aca­demy, de l’oncle, un spé­cia­liste de Proust qui vient d’échouer dans sa ten­ta­tive de sui­cide et de la mère, qui essaie tant bien que mal de con­te­nir les ten­sions que ce voyage impromptu ne man­que pas de pro­vo­quer.

Voilà donc une véri­ta­ble “tribu de la loose” qui part sur les rou­tes et qui affronte les évé­ne­ments de manière… inat­ten­due. On rit beau­coup à obser­ver la façon dont la famille arrive à se dépê­trer des situa­tions cocas­ses dans les­quel­les le sort s’acharne à la plon­ger.

J’ai donc beau­coup aimé ce film sans gran­des pré­ten­tions mais néan­moins doté d’une dis­tri­bu­tion inté­res­sante (Toni COL­LETTE, Greg KIN­NEAR) qui m’a bien fait rire. Un bon diver­tis­se­ment à décou­vrir en VO de pré­fé­rence.