chimeresDire du Mans qu'il ne s'y passe jamais rien n'est pas très loin de la vérité, mais pas tout a fait exact. Durant tout l'été (du 1er juillet au 2 septembre) la compagnie Skertzò invite les promeneurs du soir à une balade dans les ruelles de la vieille ville, au fil de lumières narratives. Quelques lanternes magiques projettent de curieuses silhouettes sur les pavés et quelques murs vénérables se prêtent, le temps d'une soirée, à servir de toiles géantes pour la projection d'animation colorées et sonorisées.

Ainsi, à l'arrière de la cathédrale Saint-Julien, quelques anges musiciens convient les visiteurs à un petit concert de rue dans une explosion de couleurs. La muraille gallo-romaine se pare de teintes chatoyantes et voit évoluer quelques athlètes antiques ou un chevalier pourfendant le dragon.

Il en résulte une ambiance relaxante et poétique, invitation à la flânerie en duo.

Il faut dire qu'il aurait été dommage de ne pas mettre en valeur ce cadre somptueux. En effet, la ville du Mans semble avoir çà de particulier qu'il semblerait que la vieille ville fut un temps délaissée pour un nouveau centre, plus moderne, condamnant les vieux quartiers à la désolation et à la décrépitude. Alors que ses ruelles tendaient à devenir un ghetto peu recommandable, ces dernières décennies ont vu un engouement pour la sauvegarde de ses vieilles pierres et leur réhabilitation. Aujourd'hui, après des années de travaux et de mise en valeur, le vieux Mans revit, avec cette chance que son isolement l'a préservé d'une urbanisation chaotique et en a conservé son atmosphère médiévale : une véritable petite cité dont la beauté n'a d'égale que la laideur bétonnée de l'actuel centre.

Voilà pourquoi une initiative telle que la Nuit des Chimères qui poursuit la voie de la réappropriation de ces quartiers mérite d'être saluée.

Quelques images