Enjomineur 3Juste avant de sauter du train à l'avion, j'ai couru jusqu'à l'Atalante qui venait de mettre en vente ce dernier tome à la jolie couverture bleue. Hé oui ! j'attendais, comme beaucoup, cette parution avec impatience pour connaître la suite et fin[1] des aventures de Milo et de Cornuaud.

En premier lieu, je peux dire que je ne suis pas déçu du tout de cette trilogie qui, à mon sens, est certainement l'œuvre la plus aboutie et la plus travaillée de Pierre BORDAGE. Voilà vraiment un artiste qui se bonifie livres après livres et qui, plus qu'un écrivain, est un véritable conteur. Il a su exploiter et allier à merveille pour l'Enjomineur, le folklore régional et les événements d'une période clef de notre Histoire.

1794 permet au lecteur d'en savoir un peu plus sur les origines et la longue histoire de Mithra, la secte qui opère dans l'ombre des pouvoirs. Ce tome nous offre également quelques révélations sur les origines d'Émile, le héros, et quelques reconstitutions souvent terribles d'exactions commises lors de la Terreur. Dans ce dernier volume, la relation très particulière unissant Cornuaud et l'enjomineuse se nuance et se teinte d'ambiguïté.
Mon ressenti est que l'auteur a su conserver quelques secrets et informations qui lui ont permis de ne pas produire une suite mécanique, c'est-à-dire une suite trop prévisible ; offrant pour le coup au lecteur une trilogie bien équilibrée.
Dans 1794, l'action quitte peu à peu Paris en proie à la paranoïa du régime de Robespierre pour revenir dans l'Ouest qui sombre dans l'horreur au travers des guerres de Vendée et des atrocités commises à Nantes sous la houlette de Carrier.

Cette histoire que j'ai découverte il y a un peu plus d'un an me laisse déjà un très agréable souvenir et figurera en place d'honneur sur mes étagères et sur la liste de mes recommandations de lecture.

Au fait, est-ce pur hasard que les couvertures des trois livres soient bleue, blanche et rouge ? :-)

P.S.: Il est à noter que notre ami Pierre se lance dans le cinéma SF épaulé par Marc CARO (Delicatessen, La cité des enfants perdus). J'attends avec impatience plus de nouvelles sur le fruit de la collaboration entre ces deux artistes de l'Imaginaire au synopsis prometteur (cf. Dante 01).

Notes

[1] L'enjomineur, 1794 fait suite à 1792 et 1793