ie7 Alors qu'on ne l'attendait que pour cet été, la version bêta d'Internet Explorer 7 est disponible au téléchargement depuis le début de cette semaine sur le site de Micro$oft. Curieux de voir à quoi cette nouvelle mouture ressemblait, je me suis empressé de l'installer (pas sur mon ordinateur perso ; hé ho, pas fou ! ;-)), de le tester et de me documenter à son sujet et bien sûr... de le désinstaller !

Petit historique :
Au début de l'internet grand public, Mircro$oft n'avait pas estimé l'Internet comme une technologie viable, préférant miser sur son propre réseau : MSN. Cette politique a fait les beaux jours de Netscape qui prit alors d'énormes parts de marchés. Finalement, M$ revit ses orientations et décida le lancement de ses propres navigateurs : IE3 puis IE4 et enfin IE5. Ce fut un succès ! La tendance s'inversa et Netscape perdit peu à peu ses parts de marché pour finalement, péricliter. Alors quasiment maître inconstesté des navigateurs, Micro$oft édita IE6, intégré comme IE5 au système d'exploitation, un produit qui proclamait à mi-mots : "le temps n'est plus aux navigateurs se pliant aux exigences du web, mais celui du web se pliant aux navigateurs" ; IE6 étant en effet très olé olé quant à son interprétation du code HTML et du rendu qu'il en donne. En 2002, nous en sommes là ; et le géant de Redmond s'endort.
C'est alors que Firefox, issu des projets de la fondation Mozilla, pointe le bout de son museau. Rapidement, les premières versions sortent, plus stables, plus rapides et pourvus de fonctionnalités attrayantes qu'IE ne possède pas. Lentement mais sûrement, les adeptes se font plus nombreux et le petit renard grignote les parts de marché de Micro$soft qui, rappelons-le, pendant ce temps ne propose guère d'améliorations à son navigateur qui tend à devenir carrément obsolète. La sortie de Firefox 1.5 se fait en fanfare et on annonce 20% de parts de marché en Europe. Il est temps pour M$ de réagir et d'annoncer la sortie de son nouveau navigateur en même temps que celle de sons nouvel OS : Windows Vista. Puis, la sortie de la bêta est avancée à cet été. La boucle est bouclée.

Donc, prenons notre courage à deux mains et installons cette bêta...
Première surprise, IE7 ne s'installe que sur une version non-piratée de Windows XP SP2. En effet, le navigateur n'est pas compatible avec Windows 2000 et XP SP1 – qui, est-il besoin de le rappeler, sont utilisés massivement en entreprise – ni avec les anciennes versions telles que Win 98, 95 ou Me.
Après redémarrage et lancement de la chose, un écran de sélection nous demande de choisir une langue parmi lesquelles figurent le Corse, l'Alsacien ou le Breton (ça me rappelle quelquechose...). Puis l'écran s'éclaire et apparaît enfin le navigateur. À première vue, il n'est pas si beau que ça, bien qu'il reprenne le look de Windows Vista (enfin ce ne sont que des goûts personnels). IE7 gère (enfin !) les onglets, les flux RSS (tiens ils ont piqué l'icône RSS à Firefox) et un antispyware : bref, le minimum vital.
Lançons nous maintenant dans la navigation. Je me connecte sur un page que j'ai l'habitude visiter pour le boulot qui ne fonctionne qu'avec IE. Le navigateur me lance deux messages d'erreur puis affiche la page : ça commence bien. Je me connecte ensuite sur ce blog, et là, je me rend compte que le rendu est quand même meilleur qu'avec IE6 : la transparence des png est prise en compte et la CSS semble être mieux interprétée bien que quelques bugs persistent : Micro$oft aurait-il emprunté la voie de la sagesse (?) et donc tenté un rapprochement avec les standards HTML du W3C ?
Enfin, ne rêvons pas trop : configurer le navigateur est la même galère qu'avec la version précédente et n'offre guère d'améliorations, de visibilité et d'ergonomie.

Bref, après quelques dizaines de minutes d'utilisation, IE7 ne me convainc pas un tant soi peu et je lance la désinstallation.

Ce que je constate, c'est que M$ semble avoir voulu sortir un navigateur dans la précipitation, afin d'endiguer ses pertes de parts de marché et de refidéliser ceux qui seraient tentés de les quitter en leur disant : "Hé attendez cinq minutes ! Je vais vous fournir un nouveau navigateur tout beau et plein de nouveautés !". Mais au final, j'ai bien l'impression que tout ceci n'est qu'un pétard mouillé. Car ce produit semble tout juste arriver à la hauteur de Firefox, même avec quelques gadgets comme la page qui affiche des miniatures du contenu des pages en onglets. Sans compter le fait que cette version, du fait de sa compatibilité, ne sera pas accessible à tous les Windowsiens.

Au final, quand M$ sortira la version définitive d'IE7, elle sera déjà obsolète puisque Firefox 2.0 (qui lui sera encore supérieur) sera sorti (début 3ème trimestre 2006). En clair, n'abandonnez pas le petit renard au bord des autoroutes de l'information. Ou mieux, si vous ne l'avez pas déjà fait : adoptez-le ! ;-)