harmonieLa Folle journée, l'un des plus grands festivals de musique classique d'Europe, fêtait cette année son douzième anniversaire sous l'intitulé : "L'Harmonie des Nations". Ce cru était dédié à la musique baroque au travers de douze représentants de six pays de la période 1650 à 1750. À savoir, Bach et Telemann pour l'Allemagne, Haendel et Purcell pour l'Angleterre, Couperin et Rameau pour la France, Vivaldi et Scarlatti pour l'Italie, Blasco de Nebra et Soler pour l'Espagne et Seixas et De Almeida pour le Portugal.
Depuis sa fondation, la manifestation gagne en importance et, cette année, ce n'est pas moins de 250 concerts qui étaient programmés à la Cité des Congrés de Nantes, pendant cinq jours, pour ravir les oreilles de quelques 100.000 personnes. C'est donc ce dimanche-ci que la Folle journée 2006 fermait ses portes.

Les trois dernières Folle journée m'étaient passées sous le nez pour cause d'exil en Alsace. J'étais donc particulièrement enthousiaste d'y assister cette année ; et ce, d'autant plus que le festival était consacré au baroque ; faisant suite au style Renaissance : deux genres que j'apprécie beaucoup.

Lors de nos réservations de billets, nous avions tenté de concocter une programmation panachée pour le week-end (boulot oblige), en variant les compositeurs et les salles. Je dois dire que nous ne nous en sommes pas trop mal sortis !

Au programme :

  • « Didon et Énée » de Purcell, dans le grand auditorium Reine Mary (2.000 places). Considéré par beaucoup comme son chef d'œuvre.
  • Quelques pièces de Couperin pour flûte, clavecin, viole de gambe et violon ; salle la Pouplinière (120 places).
  • Des morceaux de Vivaldi et Scarlatti pour violoncelle, clavecin, théorbe et viole de gambe ; salle Infante Maria Barbara (200 places).
  • L'ensemble La Fenice pour « L'Ode d'anniversaire de la Reine Mary » et « Funérailles de la Reine Mary » de Purcell ; salle Louis XIV (800 places).
  • Quelques sonates et pièces pour clavecin de Seixas et Soler ; Salle Don Gabriel de Borbon (80 places).

Parallèlement à tous les concerts en salle étaient organisés des concerts publics dans la Grande Halle, souvent des écoles de musique, mais aussi de nombreux professionnels ; enfin, de quoi meubler agréablement les entre-concerts.

Au cours de ces cinq jours, de prestigieux et talentueux musiciens étaient donc réunis pour le bonheur de tous. Mais si pour la Folle journée de Nantes, c'est terminé pour cette année, la Folle journée de ces artistes n'est pas achevée. En effet, depuis quelques années, le concept s'est exporté. Ainsi, "L'Harmonie des Nations" sera également programmée aux Folle journée de Lisbonne, Bilbao et Tokyo.
Quant au thème de l'année prochaine, je viens d'en prendre connaissance, il s'intitule "L'Harmonie des Peuples" et couvrira la musique Européenne des années 1870 à 1950, donc probablement avec du Debussy, Stravinski, Prokofiev, etc.. J'ai hâte !

Je retiens principalement de ce week-end musical, un meilleur aperçu du baroque et la découverte de compositeurs que je connaissais peu ou pas. Ensuite, contre toute attente mais fidèlement à l'adage qui dit "garder le meilleur pour la fin", j'ai été très agréablement surpris par la prestation de Nicolau de Figueiredo sur les sonates de Seixas et Soler.
Nous avions déjà la chance d'être au premier rang, dans une toute petite salle ; mais en plus, ce musicien est fantastique : d'une vélocité et d'une virtuosité incroyables, il m'a littéralement scotché lors du Fandango de Soler.

Vivement l'année prochaine ! ;-)