utopiales_2005 La sixième édition des Utopiales, festival international de science-fiction, rendait cette année hommage à un natif de la ville de Nantes : Jules Verne, à l'occasion du centenaire de son décès.

Pendant quatre jours, la SF mondiale s'est donné rendez-vous à la cité des congrès : littérature, cinéma, arts plastiques, jeux de rôles et de plateau, bande-dessinée... sous la présidence de Pierre BORDAGE.

Sur la suggestion de Tigroux, nous en avons profité pour réunir à Nantes les quelques vaillants Joïens et Joïennes qui ont affronté les affres SeuNeuCeuFiens, les snippers en embuscade qui shootent les locos, et la terrible météo de ce week-end du 11 novembre pour être présents. C'est ainsi qu'accompagné de Zelly, Droz, MAIL et Tigroux, nous pénétrons dans la grande halle de la cité des congrès.

À proximité de l'entrée sont exposées quelques sculptures animées, mécaniques, vaguement entomomorphes, qui me rappellent un peu certaines créatures mi-organiques mi-machines décrites par Johan HÉLIOT dans "La lune seule le sait" et "La lune n'est pas pour nous". Quelques images et peintures SF sont pendues aux murs et plusieurs artistes s'activent sur une fresque commune. Plus loin se dresse une estrade autour de laquelle d'attentifs spectateurs assistent à des débats aussi passionnants que ''la persistance des personnages verniens dans les œuvres post-modernes des héritiers annoncés du vernisme'...
Abritée des intarissables monologues en provenance de la scène, une exposition recrée sous la forme de maquettes certains véhicules fantastiques issus de l'œuvre de Jules VERNE ; ou encore quelques objets emblématiques de certains romans de la SF, tel l'épice de Dune, la potion du Dr Jekyll...

Mais pour l'heure, armés pour Tigroux des "Chemins de Damas" et pour ma part d'un exemplaire de "L'enjomineur", nous partons à la chasse au BORDAGE pour obtenir une précieuse dédicace. Tout à notre quête, nous en avons même semé le reste de la troupe. Sur la mezzanine, une librairie improvisée propose à la vente de la marchandise essentiellement composée d'œuvres et de BD de science-fiction, avec possibilité de faire dédicacer le livre par l'auteur. Je repère bien Michel PAGEL et Stéphane BEAUVERGER, mais point de Pierre BORDAGE à l'horizon...

Nous poursuivons les recherches au sous-sol, où, attirés par la marée humaine qui pénètre dans la salle de cinéma nous assitons à la projection de "Ashura", un film japonais en compétition, dans lequel démons et samouraïs se livrent combat. Un film à l'esthétisme intéressant, quoique vraiment longuet.
Au sortir de la projection, nos espionnes embusquées nous signalent la présence de Pierre quelques dizaines de minutes plus tôt en séance de dédicace sur la mezzanine. Ni une ni deux, nous grimpons les escaliers pour nous y rendre. Las ! Il semble que la séance est terminée depuis quelques minutes déjà. Toutefois, mon flair me dit qu'il ne doit pas être loin et je propose de descendre au bar...

Alors que nous détaillons les faciès de la foule rassemblée au milieu de l'espace enfumé, nous découvrons l'objet de notre convoitise accoudé au bar. Le sang me monte au visage ; ni l'un ni l'autre n'osons nous approcher, malgré les regards insistants de cet auteur dont j'apprécie tant l'œuvre. Pétrifiés, nous sommes trahis... que dis-je ! sauvés par nos livres en main. Pierre BORDAGE nous repère et nous fait gentillement signe de nous approcher. Deux midinettes prépubères devant leur idole de la Starac' n'auraient pas fait mieux.... ;-)

L'ouvrage dédicacé en main, n'en pouvant plus, nous rejoignons le reste du groupe dans la salle des jeux pour nous livrer à d'intéressants jeux de cartes, proposés par l'équipe du bar l'AJT.

Pour ma part, je trouve que ce salon des Utopiales est relativement réussi, bien que j'imaginais que la place faite à la littérature était plus grande et plus variée.