hurlemort Ulula mordeque acrius quam belua [1]

Quelquepart dans le royaume de France du XIV se trouve une immense forêt, remplie de mystères et de créatures inhospitalières. Au centre de cette forêt, une clairière coupée du monde abrite le village de Hurlemort, dominée par le château décrépi de son seigneur disparu quelques années plus tôt. Dans une des chaumières vit Céline, une jeune fille honnie par les villageois car elle porte la marque...

Voici un récit bien documenté qui permet d'en apprendre un peu plus sur la condition misérable des paysans, écartelés entre leurs devoirs religieux et leurs croyances païennes, dans un Moyen-Âge obscurantiste et cru. C'est aussi une histoire prenante et peuplée de personnages bien consistants, tels ce moine fanatique qui, jouissant de son pouvoir spirituel, s'amuse à jouer l'inquisiteur tyrannique sur la population de la clairière.

Curieusement, c'est le réalisme se dégageant des scènes qui m'a beaucoup plu, ainsi que l'ambivalence de la plupart des personnages qui accroît leur crédibilité. Même la fin du livre ne fait pas de concessions.
Hurlemort est donc pour moi un bon roman que je recommande pour tous.

Notes

[1] Hurle et mord plus fort que la bête (devise des seigneurs de Hurlemort)