abyssin Après avoir transporté ses lecteurs dans la jungle luxuriante de la baie de Rio à l'époque de la Renaissance (Rouge Brésil), et après un tour dans un futur sous bulle globalisé (Globalia), Jean-Christophe RUFIN nous transporte cette fois-ci dans le nord-est du continent africain à l'époque où le roi Soleil étend sa domination sur l'Europe.

L'histoire débute ainsi : Jean-Baptiste, un jeune médecin apothicaire du Caire, accepte de partir en ambassade auprès du Négus — l'empereur d'Éthiopie (ou Abyssinie) — sur les ordres de M. de Maillet, consul de France au Caire. Mais loin de lui sont les préoccupations diplomatiques, Jean-Baptiste s'est épris de la fille du consul (Alixe) et espère bien retirer de cette expédition suffisamment de renommée pour abattre les barrières sociales qui les séparent.
S'ensuit un long périple semé d'embûches en tous genres, qu'il le soit par des ecclésiastiques avides d'une mainmise spirituelle sur les Abyssins, ce peuple de chrétiens du bout du monde, ou par la horde de diplomates calculateurs qui se disputent âprement les faveurs des monarques. Ces péripéties et découvertes conduisent les protagonistes du Caire à Gondar en passant par Versailles et le Sinaï.

Voici une histoire brillamment contée, comme sait le faire Jean-Christophe RUFIN avec de tant de maîtrise dans l'élégance, le souffle et l'humour. Ce roman aux accents chevaleresques qui se déploie au milieu de décors merveilleux a d'ailleurs obtenu le Goncourt il y a quelques années.

Décidément, avec Jean-Christophe, j'accroche !