trilogieIl s'agit d'une trilogie fantastique sur lequel j'avais déjà donné mes appréciations, mais seulement pour le premier tome, "Les royaumes du nord". Maintenant que j'ai lu l'intégralité, j'ai une meilleure vision d'ensemble de l'histoire. Voici donc mon avis à son sujet.

Globalement, la thèse introduite ici par l'auteur est que l'Univers est en réalité composé de plusieurs univers parallèles où la Terre est toujours la Terre mais où tout a évolué dans des directions différentes (géologiquement, biologiquement, etc.).
La vie est bien entendu apparue mais elle revêt des formes diverses, qu'il s'agisse d'humains, de sorcières, d'anges, d'ours-en-armure...
La création de l'Univers est la grande œuvre d'un ordre supérieur que l'on ne connaît pas, mais dont la Poussière est le vecteur. Toutefois, après sa création, la gestion de l'Univers a été confiée au roi des anges, que les religions considèrent être Dieu. La Poussière dont il est si souvent question tout au long du récit est une sorte de conscience particulaire qui fait que de la vie peut abriter de la conscience. Cette étrange matière qui circule de mondes en mondes permet à l'aléthiomètre de fonctionner, et de dire la vérité sur tout, puisque la Poussière sait tout, c'est l'intelligence universelle.

C'est dans cette étrange fiction, bourrée de concepts denses qu'il serait étouffant de développer que Lyra, une petite fille d'un des multiples Oxford, est destinée à... sauver les mondes, rien de moins que cela, dont le futur est menacé des conséquences d'une histoire de succession et de pouvoir chez les anges. En effet, un ange sournois et ambitieux du nom de Métatron a réussi à faire interner le vieux (donc Dieu ou "l'Autorité") pour devenir régent et dominer le monde...
Tout irait pour le plus mal si une prophétie des sorcières n'affirmait qu'une jeune fille a le pouvoir de contrer les plans diaboliques de ces anges (!). Fort de ce contre-pouvoir inespéré, un bloc adverse constitué autour de Lord Asriel (le père de Lyra) entend bien en découdre avec ces maudits anges dominateurs et cruels.

Ainsi accompagnée et épaulée par tous ses amis, Lyra parviendra-t-elle à sauver les mondes ? Mais oui, bien entendu, sinon ce ne serait plus un bon roman destiné aux ados.

Quoiqu'il en soit, l'auteur fait ici preuve d'un esprit à l'imagination foisonnante, capable de recréer quelques univers entiers avec leurs animaux, leurs plantes, leurs formes intelligentes et les coutumes qui vont avec, etc. Richesse que je n'avais rencontrée jusqu'ici que dans les excellentissimes œuvres de Dan SIMMONS (Hypérion, Endymion...). Toutefois, malgré cette pléthore imaginaire que l'on souhaiterait voir exploitée encore et encore dans d'autres histoires (un peu comme SILVERBERG et la planète Majipoor), le ton et les personnages m'ont souvent déçus.
Bon, il est vrai que ces romans sont avant tout destinés à de jeunes ados ; toutefois, cela implique-t-il qu'il soit nécessaire de construire des personnages parfaitement manichéens ? Lyra et tous ses amis sont des modèles de vertu, de bravoure, d'honnêteté, de droiture... à en devenir ridicules ! Tandis que les méchants, sont vraiment, très très méchants. Tout cela est fort dommage et gâche presque le reste.

Je garde toutefois espoir dans une suite dénuée de ces travers. Car, j'espère que l'auteur a prévu une suite : la fin du troisième tome tombe tellement à plat que je ne l'imagine pas autrement.