taken La première et unique saison de cette série américaine a été diffusée en France sous le titre "Disparition" par Canal+ fin 2003. J'ai pour ma part vu les 10 épisodes de cette saison en DVD.

Produite par Spielberg, la série reprend un thème qu'il avait déjà exploité dans "Rencontres du troisième type" : les enlèvements par les extra-terrestres et la paranoïa que le gouvernement américain nourrit à l'encontre de ces voisins de l'espace.

L'originalité de la série tient au fait qu'elle se déroule sur plusieurs générations : elle débute avec les incidents de Roswell en 1947 et se termine de nos jours ; et qu'elle met en scène les descendants de trois familles :

  • Les CRAWFORD, une famille de militaire impliqués dans les recherches gouvernementales sur les extra-terrestres ; prêts-à-tout, y compris à s'entretuer. Ce sont les méchants ;-)
  • Les KEYS, dont tous les mâles se font systématiquement enlever à partir de l'adolescence ; et ce, depuis que le grand-père s'est fait kidnapper au dessus de la France à bord de son bombardier, pendant la guerre.
  • Les CLARKE, une famille métisse depuis que l'arrière-grand-mère a copulé avec le premier alien venu, parmi les survivants du scratch de Roswell. La lignée CLARKE est scrupuleusement étudiée par les petits hommes verts et la croisent même avec la lignée KEYS afin d'obtenir une sorte de super-être doté de superpouvoirs psychiques.

Il est assez difficile de résumer rapidement l'histoire très dense des dix épisodes. Toutefois, on y retrouve les thèmes et ambiances d'autres séries :

  • X-Files, naturellement.
  • V, (pour les fans ! :-) ) et l'idée d'un messie issu du croisement entre deux espèces intelligentes.
  • Le caméléon, pour le côté "en fuite perpétuelle, car traqué par des méchants qui aimeraient bien faire des expériences sur moi".

Voilà, malgré mon analyse un peu réductrice, il s'agit d'une série de grande qualité aux effets spéciaux réussis. La trame de l'histoire qui se déroule sur plus de cinquante ans est bien travaillée, cohérente et prenante.
Dommage, toutefois, que les derniers épisodes se perdent souvent dans des longueurs inutiles, que la musique laisse parfois à désirer et qu'ils aient choisi une actrice aussi moche pour jouer le rôle de Mary CRAWFORD (elle te fait des moues à tout bout de champ qui la font ressembler à un poisson hors de l'eau), ce qui n'est absolument pas le cas de Desmond HARRINGTON (dans le rôle de Jesse KEYS) dont on regrette le (trop) court passage dans la série.