EpisodeIII Finalement j'ai craqué, et je suis allé ce film avant le spectacle de Royal de Luxe... :-)

Que dire de cet épisode sinon que tout le monde l'attendait à plus d'un titre. Pour commencer parce qu'il effectue la jonction entre les anciens et les nouveaux épisodes et surtout, parce qu'il s'agit du dernier (façon de parler) épisode de Star Wars ! Hé oui ! J'imagine mal comment notre cher George et son légendaire brushing vaporeux qui n'a pas bougé d'un cheveux depuis trente ans pourrait nous dégotter un Mark Hamill, une Carrie Fisher et même un Harrison Ford qui n'auraient pas pris une ride depuis 1983 (sortie du Retour du Jedi) pour tourner l'épisode VII - « L'héritier de l'Empire », dont l'histoire se déroule juste après la chute de l'Empire et la mise en place d'une nouvelle république déjà minée par les complots et trahisons en tous genres. C'est bel et bien la fin de la saga telle que nous l'avons connue ; à moins bien sûr qu'il n'ait recours à des personnages de synthèse pour clore la saga avec les trois derniers épisodes...

Mais revenons à la « Revanche des Siths ». Le film commence par une très belle scène de bataille dans l'espace, au-dessus de Coruscant. Et là, bien sûr, l'un des mots d'ordre du film est lancé : transition. En effet, il me semble que l'un des plus gros défis du film est de réaliser l'exploit de lier de façon lisse et crédible les épisodes précédents et suivants. Bien sûr, la transition scénaristique était impérative, mais ce sont dans les détails que cela s'exprime le mieux. C'est ainsi au cœur de cette première bataille que l'on voit apparaître les proches ancêtres des X-wings (appareil rebelles) et des Tie-fighters (homologues de l'Empire) combattant côte-à-côte les énormes vaisseaux des méchants. Vaisseaux d'ailleurs qui commencent à adopter la silhouette triangulaire et moche des gros-porteurs de l'Empire bien loin des navettes ultra-design aux lignes élancées que l'on croirait recouvertes d'argent de la princesse Amidala ! À propos de cette dernière, elle rencontre dans cet épisode le même coiffeur que sa fille ; hé oui, le look "pains aux raisins" sur les oreilles pointe le bout de son nez...
On y renconte aussi pour la première fois des wookies, dont le chef semble n'être autre que Chewbacca ! Ainsi donc, nous voici progressant dans l'histoire qui nous apporte au fur et à mesure de plus en plus de raccords avec « Un nouvel espoir » et qui répond à tout un tas de questions que vous vous étiez posées... ou non. En vrac : "Pourquoi Palpatine dans le 2 avait l'air d'un jeune vieillard alors que l'on sait qu'il va devenir l'Empereur au visage tout ridé ?", "Pourquoi ne voit-on plus de droïdes dans le 4 alors qu'ils sont légions dans le 1 et le 2 ?", "Où sont passées les armées de Jedi du 2 alors qu'Obiwan-Kenobi affirme être le dernier Jedi dans le 4 ?", "Pourquoi Dark Vador porte-t-il un casque ô combien peu seyant ?"...

Cet épisode est également indubitablement plus sombre que les deux précédents ; remarquez, après l'épisode 1 et son ambiance Disneyland en carton-pâte numérique rose, il n'était pas très dur de produire un film plus profond, plus noir et plus violent l'éloignant en contrepartie du jeune public. Hé oui ! Ici, point de courses prépubères dans le désert ni d'apprentis pilotes qui détruisent des bases spatiales pour s'amuser ! Ce sont plutôt des morts tragiques par milliers et des membres et des têtes coupées !

Voilà donc un très bon film que j'ai beaucoup aimé ; à tel point que je me pose encore la question de savoir s'il n'est pas mon préféré des six. Même s'il est peu gâché par Hayden Christensen (Anakin) encore plus nul que dans le deuxième. Heureusement, Ewan McGregor est là pour rattraper un peu les choses ! ;-)