Un long dimanche de fiançailles Après son Amélie Poulain, Jean-Pierre JEUNET était attendu au tournant pour son prochain film. Tout le monde se demandait quel thème allait être abordé : après les grimaces spatiales des horribles aliens, puis des tribulations de la serveuse de Montmartre, JPJ change complétement de registre en nous plongeant dans une quête tragico-sentimentale sur fond de Grande Guerre.

Hé bien je dois dire que je suis conquis. Le film est superbe, la distribution est très bonne et il porte à l'émoi.

La qualité de l'image reste fidèle à ce que JEUNET nous avais habitué depuis Delicatessen et qu'il avait porté en exergue avec Amélie ; c'est-à-dire des plans magnifiques rehaussé par un chromatisme qui détache la scène de façon poétique pour l'extirper d'une réalité trop crue. Les décors sont somptueux ; je pense notamment aux extérieurs de la côte bretonne, ainsi qu'aux quartiers et monuments parisiens reconstitués (à la palette graphique sans aucun doute). On voit ainsi l'opéra Garnier, la gare d'Orsay, l'ancien Trocadéro... Bien que moins attrayants, les champs de bataille et les tranchées sont des no man's land gris désertés par la nature ; peut-être JPJ a-t-il forcé le trait, mais si les tranchées ressemblaient réellement à cela, j'imagine alors les pauvres soldats capables de sombrer dans la folie dans un enfer aussi effrayant...

Côté casting, c'est la pléthore. On a l'impression de connaître tous les acteurs. Bien sûr on retrouve Audrey TAUTOU dans le rôle phare (c'est le cas de le dire) qui est assez convaincante ; mais aussi toute la ribambelle attitrée de JEUNET, comme PINON, RUFUS, etc... Une très agréable surprise également, il s'agit de Jodie FOSTER (une de mes, voire mon actrice préférée) dans un second rôle sans prétention mais qui m'a encore une fois de plus épaté en parlant de manière naturelle un Français sans un pet d'accent ; ahurissant (mais comment fait-elle ???).

Sinon, l'histoire est très belle, elle tient en haleine et elle m'a personnellement fait fondre ; bien que JPJ s'en donne à cœur joie sur les clichés régionaux... On remarque tout de même bien qu'un tel scénario (si consistant et si bien construit) ne peut être qu'une adaptation d'un livre. Bingo, il s'agit du roman éponyme de Sébastien JAPRISOT. De nombreuses sublimes tirades de la voix-off semblent en être tirées.

Je recommande fortement ce film à quiconque. Je n'ai pas de système de notation Tigrouxesque pour les films, mais je lui donne haut la main la mention "Très bien".